AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pour la Science !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Pour la Science !   Mar 21 Sep - 22:11

.:NOM:. Droch
.:PRENOM:. Feramin (prononcer Féramin, ou Féramine pour les proches)
.:SEXE:. Masculin
.:RACE:. Humain
.:AGE:. 42ans
.:PROFESSION:. Directeur du service Production de l'usine, Savant ingénieur en métallurgie, mécanique, armurerie, électricité, chimie, et explosif, et Grand Prêtre de Sidas.
.:STATUT:. Colon
.:ORDRE RELIGIEUX:. Officieusement son ancien dieu Vélorien qu'il continue de servir au travers de Sidas, mais vénère officiellement Tejij.

.:TAILLE:. 1m72
.:POIDS:. 70kg
.:DESCRIPTION PHYSIQUE:. C'est un homme de petite taille, aux yeux d'analyste d'un bleu sévère aidés parfois de lunettes rondes, avec un nez long et la grosse tête toujours en avant lui donnant parfois un petit air de fouine. Sa peau a été un peu brûlée par le soleil et il garde de profondes rides qui le font paraître dix ou quinze ans plus vieux. Pourtant malgré sa petite taille il possède un corps correct malgré son âge, qui répond à cet idéal de l'esprit sain dans un corps sain. Toujours impeccable, il est habituellement vêtu avec une blouse blanche ou une tenue couleur sable, rigide et épurée, même s'il lui arrive souvent d'abandonner sa blouse pour un long manteau gris quand il sort, malgré le soleil, même si ses tenues principales sont des vêtements bruns. Dans tout les cas il ne sort jamais sans son sabre et il a toujours une longue dague et un révolver sur lui, même quand il dort ou se lave. Il a une chevalière très lourde en argent parcourue d'inscriptions avec une sorte de pierre verte, qui garde les secrets de son passé et à laquelle il tient comme à la prunelle de ses yeux au point de tuer. Il est souvent en compagnie de son chat ou entouré de livres, et n'arrête jamais de noter des choses dans ses carnets qui pourraient lui poser bien du soucis si on réussissait à les lui voler et décrypter son code ou pour ses plus précieux et problématique, sa langue d'origine. Il est souvent bardé d'objets hétéroclites, comme un chapeau haut de forme avec des tas de bobines de cuivres et de câbles dessus, de lunettes mécanique, et tout respire en lui l'électromécanique, jusqu'à sa canne qui ne fait pas que de la lumière avec son ampoule à incandescence...

.:DESCRIPTION MORALE:. Il est à première vue toujours calme, calculateur, ultra méfiant et impassible, froid comme une équation sur un tableau noir. Mais dès qu'il commence à entrer dans un sujet qui l'intéresse il saute sur l'occasion pour y imposer son point de vue et écraser l'opinion de son adversaire par des arguments qu'il veut pour vérités absolue. Ce trait de caractère coïncide avec une volonté prononcée pour une dictature de la science et de la technique avec une seule vision rationnelle du monde, idéal totalitaire qu'il espère pouvoir réaliser. C'est un homme pour qui la vie n'a aucune valeur, à toujours tout calculer et à toujours vouloir tout maîtriser de manière totale et absolue. Et s'il y a deux maximes qui pourraient lui correspondre, ce serait "Servir les autres c'est se servir soi-même" et "être maître et possesseur de la nature".

Il déteste les hédonistes et les disciples d'Ejham (et pire encore les disciples de Néhos) et a une méfiance profonde envers les femmes, qu'il juge trop instable et doté d'un trop grand pouvoir corrupteur sur les hommes. Il est profondément raciste au point de vouloir éliminer toutes les autres races autres qu’humaines, qui corrompent le monde de leur présence. Et il haït au possible Zadir depuis qu'il y a été fait prisonnier, et espère bien pouvoir un jour s'élever au même niveau que les Dieux pour les éliminer un à un. D'autant plus qu'il a une profonde aversion du polythéisme, preuve d'esprits incapable de se fédérer autours d'un projet commun. Sans oublier les mages et la magie, à propos desquels il travaille sur une arme capable de les tuer de la manière la plus horrible qui soit. A la limite de la paranoïa, il a aussi une grande peur d'être empoisonné ou égorgé, et cela le rend très distant et très méfiant vis à vis des personnes. Et recevoir une poignée de main de sa part est une grande marque de confiance, ou de résignement profond.

Il a par contre un goût prononcé pour la découverte, la confrontation, la guerre, l'armement, les manières de donner la mort, les produits chimiques, l'efficacité industrielle, le jus de framboise et les gâteaux frais. C'est un homme ambitieux qui a pour but ultime de devenir lui même un Dieu, qui rêve de rentrer chez lui, mais dont les objectifs réels se bornent à prendre le pouvoir à Zadir et de se venger des Dieux.

.:DESCRIPTION DU MONDE DE PROVENANCE:.
"... Et la Ville des Merveilles fit de grandes offrandes au Père de Toute Chose, et il les bénit, et leur donna le pouvoir, et ils firent des choses jamais vues auparavant des yeux d'un homme..."

Le monde duquel vient Droch était composé d'une multitude de petits continents où cohabitaient de nombreuses espèces, tel les elfes, les géants, les nains... A une époque où les mages elfes étaient les maîtres incontestés de la magie et du monde, les nains des mineurs de fond primitifs, et les hommes comme les gnomes de simples paysans ignorants. Mais sur un de ces continents où les mages régnaient en maître, dans le désert le plus hostile et le plus aride qui ait jamais existé, advint l'impossible. Une civilisation d'hommes ingénieux aux ressources multiples, qui dressèrent sur la roche au cours de centaines d'années des tours d'acier qui côtoyaient des statues colossales et creusèrent dans le rock des villes immenses tel des labyrinthes qui s'enfonçaient inexorablement vers le cœur de la terre, maîtrisant l'électricité, la vapeur et la géothermie.

La culture des hommes qui y habitaient était masculine, technocratique, où les femmes étaient enfermées dans leurs gynécées et avaient très peu de droits. La société fonctionnait suivant un système de castes archaïque rendu obsolète et qui se sont abâtardies par les nouvelles technologies, organisées suivant un modèle simple mais rigide; les savants les prêtres et les ingénieurs, les politiques et les militaire, les artisans les mineurs et les ouvriers.
Les savants, prêtres et ingénieurs avaient tout les pouvoirs, les politiques et les militaires étaient des outils pour maintenir la cohésion sociale du bas, pour ne pas que les outils des bas fonds puissent se révolter et remettre en cause la société des grands. Mais en contrepartie, les politiques et militaire avaient une réelle influence sur les décisions des savants et ingénieurs, mais devaient pourvoir aux besoins et revendications des ouvriers (qui étaient calmés par l'armée s'ils en demandaient trop). Les politiques et militaire étaient vraiment la clef de voûte de la société, relais entre le "Cerveau" et "les membres". Mais ils avaient leur influence au prix de nombreuses contreparties.

Leur Dieu était le Père de Toute Chose, dieu de science et de technologie, de savoir et de techniques; Vélorien, qui n'acceptait qu'une seule offrande : la vie de jeunes filles, mais dont les dons étaient incommensurable pour celles qu'il avait choisie, et qui alors ressuscitaient dotés d'un savoir et d'un corps devenu supérieur. Ces femmes élues étaient considérées comme des demi déesses et possédaient un statut supérieur à celui des savants, des ingénieurs et des prêtres. C'est grâces à elles que la science a progressé si vite, mais ceci en rendant les hommes jaloux des dons qu'elles acquirent et qui en retour conçurent une culture qui aurait fait passer les intégristes islamistes pour de grands philanthropes.

.:FAMILLE:. Fils unique d'Olc et d'Icheka Droch, il faut aussi considérer que les habitants d'une même caste se considèrent comme des cousins et cousines très proches, formant ainsi une immense famille soudée qui ne connaît pas les luttes fratricides. Feramin a toujours vécu dans cet univers aux liens forts où l'on est toujours sur d'être aidé et secouru, sinon soutenu dans les moments difficile et contre l'adversité (voir les autres castes). Malgré tout, il était toujours assez à part, perdu dans ses recherches et un peu déphasé du reste du monde, sans pouvoir communiquer ce vers quoi il tendait vraiment. Il n'a jamais eu de femme, il était marié à ses recherches, mais il eut par contre un nombre d'assistantes considérable qui l'aidaient comme il se doit dans ses recherches, pour lesquelles il n'avait aucune autre considération que physique et utilitaire.

Sur Zadir, il n'a perdu ses habitudes que le jour où il est devenu Grand Prêtre de Sidas, date à laquelle il est devenu hostile à tout ce qui pourrait l'approcher de trop près. Ainsi il est la plupart du temps éloigné de toute la gente féminine et est entouré exclusivement de ses hommes de confiance, de peur d'un assassinat contre sa personne. Sur Zadir il n'y a rien ni personne pour qui il compte ou qui compte pour lui, mis à part son chat Fahrenheit qui est son seul vrais compagnon et avec qui il partage ses secrets, et qui les garde précieusement.

.:HISTOIRE:.

Feramin Droch est né faisant partie de l'élite de la cité; un scientifique, un savant, un ingénieur. Voila ce qu'il était et ce à quoi il était destiné, la science et le pouvoir. Son enfance ne fut pas malheureuse, mais dès sept ans comme le voulait la coutume il entama une formation militaire de façon à affermir son corps et son esprit. Cette formation visait aussi et surtout à embrigader les jeunes, ce en quoi elle réussissait plutôt bien. Cette formation lui donna les bases de la guerre, mais surtout lui donna la volonté de toujours monter en grade et toujours tout contrôler.

Par la suite il se tourna vers ce qui lui donnerait les moyens d'arriver au pouvoir; détenir le savoir et posséder les armes les plus puissantes, toujours plus puissante. Mais aussi la politique et la philosophie de laquelle il cherchait plutôt de la matière pour ses arguments et posséder le maximum de compréhension de la logique. Ses études furent longues, et son corps et son âme totalement dédiée, à l'image d'un fanatique. Des années durant, il ne fit que lire, étudier, apprendre, concevoir, expérimenter, perfectionner... Jusqu'à devenir cet ingénieur en armement que tout le monde redoutait, jusqu'à sa famille. Car il avait acquis la certitude que les sentiments étaient un attachement qui empêchait de distinguer le vrai du faux, et que seules les énergies comme la colère et la haine pouvait être exploitée avec succès.

Il était aussi froid que l'acier ou aussi brûlant que le charbon. Invivable, n'ayant aucun respect pour les autres, décrétant toujours qu'il avait raison et il avait l'intime conviction de toujours bien faire. Mais grâce à son efficacité et ses talents (et après que d'autres savants eurent quelque accidents qui les invalidèrent) il fut remarqué et reçut la direction des laboratoires de recherche en armement de la Ville des Merveilles. Il avait déjà préparé une liste des réformes qu'il voulait appliquer, et l'ordre établi ne pouvait pas lui mettre des bâtons dans les roues; plus l'ingénieur est élevé en grade, plus il a d'autorité.

Ses recherches et ses expériences l'ont conduit au développement de nouvelles armes à feux aux effets plus spectaculaire les uns que les autres ou d'armes à effets électrique ou électromagnétique, ou encore d'un type nouveau de lance lames pneumatique, ou de produits chimique et poisons mortels. Il se vantait au point de dire que grâce à ses armes on serait capable de dominer le monde. Mais il n'avait pas prévu la magie.

Au delà des montagnes et des forêts, un des mages des plus terribles et des plus puissants découvrit et somma cette civilisation de se soumettre à lui, civilisation qui était d'autant plus une menace dans un monde où les mages elfes perdaient de leur influence sur les peuples qu'une science aussi évoluée ne pouvait pas être comprise. Les habitants de la Ville des Merveilles décidèrent de ne pas se laisser faire, et les équipes de Feramin Droch travaillèrent sur une terrible arme capable de tuer les mages, si terrible qu'elle détruisait l'âme elle même.

Mais Feramin Droch disparu sans lavoir la possibilité de terminer son projet, et la ville fut anéantie par ce mage puissant, laissant derrière lui les ruines muettes d'une civilisation aussi inhumaine que merveilleuse.

Il réapparu au Katiir, avec sa tenue de scientifique, de grosses lunettes de protection, un clou et un marteau en main. Au moment d'arriver il donna un coup et tomba à la renverse. Autant dire qu'il détesta cet endroit dès son arrivée.

Autant le climat lui convenait, autant il eut beaucoup de mal à s'intégrer. Changer radicalement de structure sociale et d'un coup être débiteur d'un ouvrier quand on a été presque à la tête d'une citée merveilleuse, donne un coup mortel à l'amour propre. Il digérait mal le fait de passer à une situation de pouvoir absolu à celle de pauvre hère dans une citée remplie d'espèces et de races hétéroclites; il n'avait plus aucun repère et lui fallut un temps énorme d'adaptation. Il développa envers eux une haine féroce, face à eux qui avaient désormais tout et envers qui il devrait sa réussite future, envers qui il aurait des dettes. Après avoir voulu rentrer chez lui et vu que cela était impossible en l'état, il se promit qu'il prendrait le pouvoir à Zadir, quoi qu'il en coûte. Mais un pauvre clochard dans la rue, seul ne fait pas le poids face à une milice armée et des gardes d'élite. Mais la faim et les nuits froides eut vite raison de ce qui restait de son amour propre.

Résigné, et gardant sa colère au fond de lui, il devint l'assistant d'un botaniste duquel il apprit beaucoup de choses, à commencer par la langue et l'art des plantes. Maîtrisant de mieux en mieux le langage, il chercha à comprendre le fonctionnement des cultes, de la société en générale, et pour garder sa place vers le botaniste, il lui bricolait des machines avec ce qu'il avait sous la main. Avec les années, il pu demander des objets précis à d'autres artisans, et fabriquer des objets mécanique plus avancés (de la cocotte minute au carillon hydraulique).

Dans le même temps, il cherchait un moyen de vénérer son Dieu, mais l'hostilité de la population à ses questions lui fit rapidement comprendre que le polythéisme était la seule direction à prendre. Chose qui lui était inenvisageable, mais il ravala encore une fois sa colère et décida de choisir un culte; Tejij, le plus proche de son attitude militaire et lui correspondant mieux que les abrutis moyenâgeux et archaïque du culte de Néhos.

Son ami le botaniste le jugeant capable de vénérer Sidas lui présenta son culte, et Feramin intéressé voulu en savoir plus. De là il rencontra le grand prêtre du culte, et après de longues discussions, fit partie intégrante de l'église de Sidas. Mais lui ne voulait pas de Sidas qu'il jugeait trop gentil, il continuait à vénérer le sanguinaire Vélorien. Mais comme les deux étaient proche, il avait dans la tête de prendre la place du grand prêtre pour pouvoir diriger les fidèles vers son dieu, et les utiliser pour s'étendre et prendre le pouvoir.

Ainsi sa double vie débuta. Mais ce n'était pas suffisant, il avait besoin d'avoir un poste clef. Il abandonna son ami le botaniste pour entrer comme chercheur dans les centres de recherches, et y fit très vite impression au point de rentrer dans le secteur de la défense, de monter les échelons pour devenir tour à tour directeur de projet, puis gérer finalement le département production de l'usine après la mort mystérieuse de son prédécesseur.

Une fois à ce poste, il fit en sorte de sélectionner exclusivement des adeptes de Sidas dans ses services. Bientôt il ferait en sorte d'avoir sa propre milice armée dans l'usine, de façon à avoir un contrôle étendu sur ce qui y entre. Mais de là à convaincre la mégère qui sert de sultane il y a plus qu'un pas.

Dans le même temps, le grand prêtre de Sidas en place fut retrouvé mort, la peau bleue, la langue violacée hors de la bouche, les yeux exorbités, trempé de sueur froide. Droch tourna son empoisonnement comme un meurtre commit par les adeptes de Néhos, qui haïssent la technologie et qui veulent plonger le monde dans l'ignorance, qui veulent se débarrasser des adeptes de Sidas car ils savent qu'ils ne veulent que le bien. Il leur présenta les adeptes de Néhos comme des fous masochistes qui vénèrent la mort, qui vicient la vie par leur philosophie de mélange de la vie et la mort, et se présenta comme le sauveur, celui qui allait rassembler tout les adeptes de Sidas et construire une nouvelle civilisation fondée sur l'idéal de pureté de la vie et éradiquer l'ennemi et l'impureté grâce à la Science et la Technologie. Après de nombreux discours, il acquit la confiance d'une grande majorité de personnes, et devint le grand prêtre de Sidas, il était le nouveau messie.
Revenir en haut Aller en bas
La Sultane Alsin
Admin
avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 23/08/2009

MessageSujet: Re: Pour la Science !   Mer 22 Sep - 16:42

Bonjoooour affreux jojo~~~



Oh! Un vilain pas beau laid de Grand Prêtre de Sidas!~
Oh! Un bon fanatique religieux comme on les aime!~

Tout est nickel!
Ta fiche est validée!

N'oublie seulement pas que étant un gros fanatique, ton corps "pourrit" à cause de ton dévouvement religieux!~
Bonne chaaaance~



Vas! File! L'Usine t'attend!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zadir.forumactif.org
 
Pour la Science !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil
» nouveau laby ror et tot la solution pour le parcourir
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zadir :: [HRP] Accueil :: Fiches de personnages et régles :: Fiches validées-
Sauter vers: